Biographie

Né en 1937 à Londres
Peintre officiel de la Marine agréé en 2001
Peintre officiel de la Marine titulaire en 2008

A fait les Beaux Arts à la Saint Martins School.

Peintre, sculpteur, céramiste, il s'adonne désormais à la peinture de marine en France où il vit depuis presque trente ans.
Il aime l'huile, la gouache, mais surtout l'aquarelle, matière exigeante ne pardonnant ni erreur, ni reprise, mais si capable d'exprimer la luminosité et les distances du midi.
Passionné par la mer, il réalise, entre autres des portraits de voiliers anciens et modernes ainsi que des cargots de tous les coins du monde. Lauréat à plusieurs reprises au Salon du Musée National de la Marine de Paris, il aime montrer le rapport entre l'homme et le bateau confrontés aux éléments. Il expose en Europe et travaille aussi sur commande.

Article d'Hervé Tusseau, publié par Le Figaro Magazine décembre 1995
"J'aime beaucoup les anglais, cette tribu mystique mue par d'étranges et persistantes coutumes" disait John Steinbeck à John Pendray qui poursuit la tradition des peintures marines : "La luminosité azur pâle qu'ils irradient montre bien que la guède (pastel des teinturiers) est en eux, à défaut d'être sur eux."

John arrive à Marseille en 1971, exerce le métier d'architecte d'intérieur puis de designer graphiste et se lance dans la construction d'un petit voilier traditionnel. "Comment imaginer la Méditerrannée sans voile latine?

Chaque bateau est le produit de toute une connaissance. Il y a deux mille ans d'expérience, avant qu'un idiot ait eu l'idée de monter un moteur dedans." L'inspiration de John, bien à l'écart du milieu artisitique est toute teintée de dérision à l'égard du personnage du peintre et doit beaucoup aux vertus du pragmatisme anglais.

On est loin du romantisme toujours prêt à toutes les fuites au nom de l'idéal: ce peuple, jamais las de célébrer la délicatesse d'un ciel maritime, ni de rendre hommage à la distinction des hommes aux allures de conquérants des mers, partage l'émotion du roi Lear: "Du moment que la pluie est venue me mouiller, où le vent m'a fait claquer des dents, où le tonnerre a refusé de se taire sur mon ordre, alors j'ai reconnu, alors j'ai senti leur sincérité."

La peinture marine de John est une reconnaissance de cette vérité pleine de simplicité exigeant la modestie d'un travail patient.

Un indéfinissable magnétisme
Chaque oeuvre importante demande un à deux mois de travail, dont la prise d'une trentaine de clichés, pour le repérage révélant le caractère, sinon la vertu, de chaque bateau "soumis à la chose qui se trouve là" : un vent arrière, un ciel menaçant, des crêtes...

Soutenue par un dessin sans défaillances, la toile de John recrée les reflets de l'aube ou du couchant, la lumière diffuse ou ardente du ciel dans une subtilité picturale étonnante. A l'huile, à l'aquarelle comme à la gouache.

Le décor est en parfaite fusion avec l'atmosphère qu'il exprime. "Si une chose est vraie, elle est jolie" conclut John.

Au-delà de leur scrupuleuse exactitude, les tableaux de John ont un indéfinissable magnétisme, un peu comme lorsque l'oeil voit en même temps ce que l'esprit se représente.
En fallait-il plus pour devenir un peintre officiel de la marine de guerre française ? " Oui, car il m'était difficile de renoncer à ma nationalité".

A la suite d'une nouvelle loi britannique autorisant la double nationalité à ses citoyens, John Pendray est devenu Peintre Officiel de la Marine Française.

Hervé TUSSEAU