Biographie

Né le 24 août 1953
Peintre  officiel de la Marine 
agréé en 2012

Diplômé de l’Ecole d’architecture de Nantes

"Il se destinait à la boulangerie, s’est engagé dans la marine, est devenu dessinateur en bâtiment, puis architecte. Drôle de parcours pour l’aquarelliste favori de l’île aux Moines et le dessinateur préféré des professionnels de la mer."
Xavier Mével – Le Chasse-Marée.

"Jean-Pierre Arcile, dont l’œil et la main semblent infaillibles, épure et transcende discrètement la réalité. Par la subtilité du trait et de couleurs nuancées ou contrastées, il communique à ses croquis le mouvement, la vie et la sensibilité pudique qui est la sienne... Son sens obsessionnel du détail n’a d’égal que sa virtuosité… L’ahurissante précision du dessin trouve sa sensibilité dans la démarche chaloupée d’un matelot, l’envol basculé d’un oiseau, ou tout simplement dans l’éclat du ciel et la douceur des eaux."
Paul Mériau

"Dès l’enfance, l’art du trait et les couleurs ont fait partie de l’univers de Jean-Pierre Arcile. De là à imaginer devenir peintre, il y avait un océan d’incertitudes que Jean Pierre a su maitriser, grâce à un parcours, fort peu conventionnel. « Une formation artistique à la sauvette » confesse Jean-Pierre ; « je suis passé à côté de certaines choses et ne suis qu’un dessinateur, qui met de la couleur ».

Baliverne ! Bien au-delà de toute académie, Jean-Pierre a su apprendre son métier en solitaire ; en déambulant sur le rivage ou en prenant la mer avec, comme seuls compagnons, des crayons et des feuilles blanches. Des images et des pages qu’il résume en carnets de voyages, fortes d’émotions captées. Minuscules tanagras, ces œuvres racontent les errances et les coups de cœur de l’artiste, sur le motif. En une minuscule vignette, tout est dit.

Mais, revenu dans la « maison de poupée » qui lui sert d’atelier à l’île aux Moines Jean-Pierre Arcile continue sa quête face à des toiles qui amplifient encore la magie de ses découvertes : un yacht face à la risée, des vacances à la plage ; mais aussi des ports de commerce et leurs mastodontes d’acier, enfin libérés du rivage par des remorqueurs aussi habiles que puissants.

La mer pour Jean-Pierre Arcile ? Certes un lieu de bonheur estival pour les terriens mais, plus encore, un univers de travail et de solidarités. Comme celles qu’il a su nouer avec les travailleurs de la mer : dans les îles du Ponant, dans les sociétés de remorquage, ou avec les pilotes des stations de la Loire et du Havre.

Des œuvres intimistes qui traduisent sa vraie complicité avec la mer et ceux qui la font vivre."

Sylvie David-Rivérieulx